Guillaume Marietta

Musicien
dans Cease to know or to tell or to see or to be your own

L’amour c’est fatiguant. Revenu de The Feeling Of Love, son précédent projet, Guillaume Marietta porte un œil neuf, en solo, sur les errances solitaires ou pas dans son nouveau projet sobrement baptisé Marietta, avec lequel il signe un premier disque dont le titre est déjà tout un projet : « Basement Dreams Are The Bedroom Cream ». D’un regard doux mais désabusé, Marietta pointe de ses cinq doigts, six cordes et quatre pistes ce sentiment qui autrefois faisait sa signature. Sortis sur Born Bad Records (qui pourrait aussi s’appeler Bons Disques Records), les rêves sous-terrains de Marietta convoquent Kurt Vile et Syd Barrett dans un foutoir mélodique délicieux enregistré dans une chambre. L’écoute de Marietta entraîne un grand élan d’amour. La fatigue peut bien s’en suivre.(© Mathieu Dauchy

En 2015, avec la sortie de ce projet solo, Guillaume fait la une culture de Libération et se retrouve à l’affiche des festivals Villette Sonique et Rock en Seine