Etude sur le Cantique des cantiques

Création 2021

DISTRIBUTION

Aurélie Gandit – conception, chorégraphie et interprétation
Lucie Cardinal – objets plastiques, scénographie et création lumière
Nathalie Bonafé – assistante chorégraphique
Youness Anzane – dramaturgie
Burger/Bashung/Mons sur une traduction d’Olivier Cadiot – musique
En cours de distribution – régie générale et sonore
En cours de distribution – habillage
Pauline Hyron – production et administration
Mathilde Bonhomme – communication et diffusion

NOTE D’INTENTION

Voilà un solo, un solo accompagné.
Accompagnée et nourrie de rencontres, de découvertes, de ruptures et d’ouvertures, je remonte sur le plateau dix ans après le premier solo (a)musée créé au sein de la compagnie alors naissante en 2009. Entre les deux, en 2012, le deuxième solo Histoires de peintures sur les textes de Daniel Arasse qui célèbre l’amour de la peinture.

Le cantique est un moment sur mon chemin de danse qui s’écrit encore une fois en équilibre entre la danse et les arts visuels. Ce solo s’inscrit dans la suite de Perchée dans les arbres, une pièce nourrie d’écoféminisme et de pratiques spirituelles. Cette étude du cantique est un chant d’amour pour le geste, qu’il soit chorégraphique ou plastique.

La danse déployée est un écho au texte mythique du Cantique des cantiques, ce poème-fleuve qui fait alterner une voix masculine et une voix féminine et prend à témoin les éléments de la nature. Le texte est maintes et maintes fois interprété, analysé et parfois sujet à incompréhensions tant sa sensualité et son érotisme sont déconcertants au milieu des pages de La Bible.

Le geste dévoilera la richesse de la polysémie de ces mots et l’originalité de la forme du texte, tout autant que l’éveil des sens qui – sous couvert d’exégèse spirituelle – se transforme en étendard féministe brûlant où enfin l’égalité femme-homme est pleinement accomplie et célébrée.

Lucie Cardinal, une artiste plasticienne et scénographe, crée un espace à la fois visible et invisible par le déploiement d’objets plastiques imaginés pour l’occasion. Portées par cette parole sensuelle et puissante, nous chercherons chacune et ensemble avec nos outils respectifs à mettre en matière un rituel de corps et de sensations. Nous chercherons à brouiller les pistes du geste chorégraphique et du geste plastique pour qu’ils s’unissent dans un élan subtil.

Cette étude est portée par la musique de Rodolphe Burger, Alain Bashung et Chloé Mons: Le Cantique des cantiques, un album aux sonorités sensuelles qui me touchent profondément tant elles suintent l’amour mystique et absolu.
Cet amour-là, qui est là partout et tout le temps mais que nous avons tant de mal à reconnaître et accueillir.

Cet amour sans limite, ardent, sans identité, sans sexe, sans genre.

Cet amour qui brûle tout.

Par le geste, nous le retrouvons et nous le partageons.

Aurélie Gandit

CALENDRIER PRÉVISIONNEL

Janvier 2019 : Résidence en Inde
Automne 2019 : Résidences de création / Répétitions (dont 1 semaine à l’agence culturelle Grand-Est et 2 semaines à 2angles à Flers)
Hiver 2020 : seconde résidence en Inde
Été / automne / hiver 2020 : résidences de création
Janvier 2021 : résidence de création et première au Théâtre du marché aux grains, Atelier de fabrique artistique – Bouxwiller

ÉTAPES DE TRAVAIL / RENCONTRES PROFESSIONNELLES

3 et 4 octobre 2019:  Agence culturelle Grand Est (11:00 et 15h)
24 Octobre 2019 à 19h : Ouverture au public, présentation du travail en cours à 2angles à Flers

PARTENAIRES

Production Cie La Brèche – Aurélie Gandit

Coproductions en cours : 2angles- Relais culturel Régional de Flers (61), Théâtre du marché aux grains – Atelier de fabrique artistique – Bouxwiller (67).

Avec le soutien de la DRAC Grand Est (aide à la structuration 2018-2019), de la Région Grand Est – aide au conventionnement (en cours), des Instituts Français de Paris et de Delhi, des Alliances Françaises de Delhi et de Madras, de la Ville de Mulhouse (en cours), de la SACD – Beaumarchais (en cours), du Conseil départemental 68 (en cours)