Présentation de la compagnie

Depuis 2007, la compagnie La Brèche – Aurélie Gandit développe des projets chorégraphiques dans les musées et pour la scène.  Les créations polymorphes sont la marque de fabrique de la compagnie, comme en témoignent entre autres les Visites dansées dans les musées. Aurélie Gandit collabore régulièrement avec d’autres artistes (performeurs, artistes sonores, vidéastes) mais aussi avec des personnes dont les activités et la réflexion gravitent dans le champs des arts visuels (critiques et historiens d’art, guides-conférenciers, enseignants-chercheurs). Ces projets débordent du champs chorégraphique, parviennent à créer des formes hybrides qui oscillent entre savoirs et sensations et rendent poreuses les frontières entre la danse et le texte.

 

Les arts visuels et la danse

Le peintre doit savoir à présent ce qui se passe dans ses tableaux et pourquoi. Kasimir Malévitch, 1915

Comment regarde t-on une peinture, une image ? Qu’en comprenons-nous ? Qu’en percevons- nous ? Quels sont les liens à tisser entre l’histoire des arts visuels et la pratique des arts vivants ? Depuis la création des premières « visites dansées » dans les musées, Aurélie Gandit réalise un travail régulier qui questionne les modes de perception des expositions d’art visuel. Ses recherches oscillent entre savoirs et sensations, effectuant des allers-retours incessants entre la tête et le corps. Son travail s’articule dans l’espace « entre » : entre le regardeur et les images, dans cet espace mouvant où la danse et le texte viennent se mêler.

La danse et le texte

Dancing is talking.Talking is dancing. Douglas Dunn – « Nevada » – 1973

Comment articuler ensemble le mouvement, la chorégraphie de ce mouvement et le texte pour imaginer une composition signifiante se nourrissant des oscillations de la parole et du corps ? Le texte et de la danse ne sont à priori pas faits pour cohabiter dans le même espace-temps. Le texte est régi par la loi du temps (le temps de la lecture ou de l’écoute), tandis que la danse fonctionne sur la relation à la fois du temps et de l’espace. Alors comment éviter que l’un soit assujetti à l’autre ou qu’il n’en soit que l’illustration ? Aurélie Gandit cherche un langage commun, une imbrication pour qu’ils se renforcent ou s’imbriquent l’un et l’autre, pour qu’ils cohabitent ensemble dans le même espace-temps.

 

La compagnie est accueillie en résidence:

– à l’Arsenal-EPCC Metz en scènes en 2012-2014.
Texte de présentation de la résidence à l’Arsenal-Metz en scènes.

– à l’Acb- Scène Nationale de Bar Le Duc en 2010-2011

– à L’Autre Canal-Scène de musiques actuelles de Nancy en 2008-2009