Cease to know or to tell or to see or to be your own

Création 2014

Aurélie Gandit et Guillaume Marietta : conception
Aurélie Gandit : danse (ou musique)
Guillaume Marietta : musique (ou danse)
Lola Keraly : regard extérieur
Brice Durand : régie générale
Prune Lardé : habillage et accessoires

Des mots, encore des mots. Les mots du rock. Ceux qui collent aux oreilles et aux corps.

Ceux qu’on a entendus cent, mille, dix-mille fois. Ceux qu’on n’entend plus, ceux qu’on n’écoute plus. Ceux qui ont été usés jusqu’à la corde.

Ces mots deviennent des sons et des gestes qui s’emparent des corps.

Cease to know or to tell or to see or to be your own. Cesse de savoir ou de dire ou de voir ou d’être toi-même.

Cette création chorégraphique est inspirée par la musique de Nico (Velvet Underground), dont les premières paroles de la chanson Afraid (1970) donnent le titre au spectacle. Une bonne occasion alors de se pencher sur la question peau-de-banane du lien danse/musique. Et si, pour tenter d’esquisser un début de réponse, on cessait d’être soi-même ? De ne plus faire ce que l’on sait faire ? De se laisser traverser par les matières de l’autre ? Peut-on essayer de tricoter ensemble des gestes et des sons en prenant comme point de maille le corps ? Est-ce que le corps n’est pas justement ce qui réconcilie le tout ?

Ce duo Aurélie Gandit (danseuse de la compagnie La Brèche) et Guillaume Marietta (musicien du groupe The Feeling of Love) est issu d’une rencontre impulsée par les Trinitaires/Metz en Scènes. Dans la continuité de La variété française est un monstre gluant (2010), cette pièce décortique les mots, les sons et les postures du rock pour laisser la place à l’expérience physique générée par la musique et le mouvement.

DATES

Résidence de création aux Trinitaires et au TCRM-Blida (57) entre juin 2013 et juin 2014

Représentations :

PARTENAIRES

Coproductions : Cie La Brèche-Aurélie Gandit, Trinitaires/Metz en scènes, NEST-CDN Thionville-Lorraine.

Avec le soutien du Conseil Régional de Lorraine et de la Drac Lorraine au titre de l’aide à la compagnie. Remerciements : TCRM-Blida- Metz, CCN-Ballet de Lorraine, Studio Act Danse.

REVUE DE PRESSE :

A lire ici.